Couple / fotolia
Sacrements

Quelles sont les conditions pour se marier à l'Eglise ?

Le mariage est un sacrement. Tout comme l'Eucharistie, la Réconciliation ou la Confirmation, il existe certaines conditions pour pouvoir le recevoir.

Les conditions principales au mariage religieux sont les suivantes :

  • au moins l'un des deux conjoints doit être catholique,
  • aucun des conjoints ne doit être lié par un mariage antérieur valide,
  • ils doivent être vraiment libres dans leur consentement (liberté),
  • l'homme et la femme s'engagent définitivement l'un envers l'autre (indissolubilité),
  • ils veulent persévérer dans la fidélité de leur amour pour toute la vie (fidélité),
  • ils acceptent la responsabilité d'être parents (fécondité).

Zoom sur le baptême

La première condition nécessaire est d'être baptisé dans l'Église catholique. 
Cependant, il est possible qu'un catholique se marie avec une personne qui ne l'est pas.
Dans ce cas et si la personne non chrétienne est en accord avec les éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité) et s'engage à respecter la foi de son conjoint il est possible de demander à l'évêché une "dispense de disparité de culte". 
 
Si aucun des deux partenaires n'est chrétien, il n'est pas possible de se marier, car il faut être baptisé pour recevoir un sacrement. Si vous souhaitez vous marier à l'Église et que vous n'êtes pas baptisés vous pouvez entreprendre une démarche de catéchuménat.
 
 

Zoom sur le remariage :

Pour se marier à l'église, les deux conjoints ne doivent jamais y avoir été mariés précédemment. En principe, il n'est donc pas possible de se remarier à l'Église après un divorce. En effet, l’Église ne reconnait pas le divorce civil, le mariage est donc toujours valable.

Pour autant et sous certaines conditions, lors d'une nouvelle union civile, il est possible de demander un temps de prière. Il ne s'agit en aucun cas d'un nouveau sacrement. 

Dans certains particuliers, l'Église peut reconnaître la nullité du mariage :

  • si l'engagement n'était pas libre
  • s'il y avait un manque grave de lucidité sur l'engagement du mariage
  • s'il y avait, lors du mariage, l'existence d'un trouble psychique grave rendant incapable de vivre la vie conjugale
  • s'il y avait, lors du mariage, un refus caché de fécondité
  • si un aspect important de la personnalité de l'un des deux époux a été caché
  • en cas d'impuissance

Les personnes veuves peuvent se remarier à l’Église puisque le lien du mariage est un engagement pour la vie terrestre, le lien du mariage n'existe plus dans la vie éternelle.

Comment  demander la nullité de son mariage religieux ?

Pour engager une telle démarche il faut rédiger un texte expliquant les motifs de l'annulation. Pour vous aider vous pouvez faire appel aux services d’un avocat ecclésiastique. C’est un tribunal ecclésiastique qui prendra la décision finale de la nullité ou non du mariage.
Si le mariage est considéré comme nul, alors la personne concernée peut se remarier à l'Église.

Zoom sur la législation 

En France, l'âge légal du mariage est fixé à 16 ans accomplis pour l'homme et 14 ans accomplis pour la femme. Il faut savoir qu'il n'est pas possible de se marier à l'Église tant que l'on n'est pas marié civilement. Cette limite d'âge est donc également valable pour les mariages religieux. 
Vous devrez donc vous marier d'abord civilement avant de vous marier devant Dieu.  
Le certificat de mariage civil est à intégrer au dossier administratif à présenter à votre paroisse.